Plan d’action régional

À propos du Plan d’action régional (PAR) sur l’albinisme en Afrique

Le PAR est le premier mécanisme régional à aborder de façon proactive la suppression de la discrimination et de la violence à l’endroit des personnes atteintes d’albinisme en Afrique subsaharienne. Son objectif général consiste à surveiller l’impact véritable des efforts visant à protéger et à intégrer les personnes atteintes d’albinisme déployés par de multiples intervenants, dans l’ensemble de l’Afrique. En particulier, le PAR s’articule autour de mesures concrètes et précises pour que les personnes atteintes d’albinisme puissent vivre en paix en bénéficiant de la protection des droits de l’homme. Il a été conçu à la suite des recommandations présentées par l’Expert indépendant, ainsi que les différents organismes et mécanismes de protection des droits de l’homme aux niveaux de l’ONU et de l’UA. Ces recommandations ont été davantage raffinées en différents objectifs atteignables immédiatement, à court et à moyen terme (0 à 5 ans), tout en déclenchant des initiatives à long terme (au-delà de cinq ans). Les objectifs sont divisés en quatre grappes : prévention, protection, responsabilité, et égalité et non-discrimination.

Résumé du PAR

Téléchargement par pilier

PAR avec liens vers les Objectifs de développement durable (ODD)

PAR seulement

Contexte

Depuis 2006, plus de 600 attaques et autres violations perpétrées contre des personnes atteintes d’albinisme ont été signalées dans 28 pays de la région africaine. Ces données reflètent une menace grave face au droit à la vie des personnes atteintes d’albinisme sur le continent. De plus, on croit que de nombreux cas ne sont pas signalés. Dans un effort visant à combattre ces violations, y compris la lutte contre les conditions préalables qui favorisent la violence, l’Expert indépendant de l’ONU chargé de promouvoir l'exercice par les personnes vivant avec l’albinisme de tous les droits de l'homme, en collaboration avec divers organismes de l’Union africaine comme la Commission africaine des droits de l'homme et des peuples, le Comité africain d'experts sur les droits et le bien-être de l'enfant, ainsi que d’autres partenaires en développement international, a élaboré un plan d’action régional. Ce plan inclut une présence en ligne qui permet aux partisans potentiels du plan d’action de comprendre les besoins, et facilite la surveillance de l’atteinte des cibles et de la façon dont elles sont atteintes. Les États sont principalement responsables de mettre en œuvre les mesures dans le cadre de leurs obligations en matière de droits de l’homme. Toutefois, le soutien des partenaires internationaux du développement est nécessaire à leur mise en œuvre.

Historique

Le PAR a tout d’abord été conçu par l’Expert indépendant, d’après les recommandations de différentes résolutions des Nations Unies et de l’Union africaine, particulièrement celles de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples et du Comité africain d’experts sur les droits et le bien-être de l’enfant. Son contenu s’inspire également de recommandations formulées par les organes de suivi des traités, par le mécanisme d’examen périodique universel et des interventions nationales, comme le plan d’action multisectoriel du Mozambique et du Malawi, ainsi que celles présentées par différents groupes de travail nationaux de la République-Unie de Tanzanie. Des réponses nationales, en fait et en droit, d'autres pays tels que le Kenya, le Nigeria et l’Afrique du Sud ont également été prises en considération.

L’ébauche initiale du PAR a fait l’objet d’un examen au cours d’ateliers consultatifs : le premier était un forum de deux jours intitulé « Action sur l’albinisme en Afrique », tenu à Dar es Salaam, en République-Unie de Tanzanie, en juin 2016, avec plus de 150 participants de 26 pays de la région. En novembre 2016, une réunion de haut niveau tenue à Pretoria a passé en revue le plan proposé. De plus, en novembre, un groupe de réflexion, qui a été élu à la fin du forum consultatif, s’est réuni à Nairobi pendant deux jours dans le but de raffiner le plan. Parmi les participants à ces ateliers figuraient des responsables de différentes équipes des pays des Nations Unies, du Comité africain d’experts sur les droits et le bien-être de l’enfant, de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples, de la société civile - y compris des organisations de personnes atteintes d'albinisme -, des gouvernements, des institutions nationales des droits de l'homme et des universités. Au total, plus de 200 représentants de la majorité des pays de la région y ont participé.

En 2018, l’Expert indépendant de l’ONU a présenté le PAR au Conseil des droits de l’homme. Cliquez ici pour consulter ce rapport.

Appuis

Commission africaine des droits de l’homme et des peuples

En mai 2017, la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples a approuvé le Plan d’action régional sur l’albinisme en Afrique (2017-2021). Dans la résolution appuyant le PAR, la Commission a exhorté les États à l’adopter et à le mettre en œuvre et à s’assurer de la protection et de la promotion efficaces des droits des personnes atteintes d’albinisme et des membres de leur famille. Elle a également invité les organes et organismes de l’Union africaine à dûment tenir compte du PAR en vertu de leurs mandats.

En mai 2018, le Parlement panafricain a également appuyé le PAR par l’entremise d’une résolution.

Union européenne

En octobre 2017, l’Union européenne a, dans sa résolution au sujet du PAR, exprimé sa profonde préoccupation à propos de la discrimination et de la persécution continues et généralisées auxquelles se mesurent les personnes atteintes d’albinisme en Afrique et a condamné tout traitement inhumain et dégradant subi par les personnes atteintes d’albinisme. L’UE voit d’un bon œil le PAR, qu’elle considère comme un pas en avant durable, et a demandé sa mise en œuvre immédiate et effective. On encourage les États-membres de l’UE à maintenir leur engagement auprès des pays touchés qui soutiennent efficacement les politiques de protection des droits des personnes atteintes d’albinisme.